Plasticiens

Jeudi 25 mai – 1 juillet   Expositions éclatées

 

 

révolution Benjamin Rodriguez Peintre

« J’aime faire rêver, voyager, questionner ou peut être même nous questionner sur notre planète. Mes intentions/compositions sont toujours basées sur l’idée de la nuit, le mystère et l’onirisme. Mes oeuvres sont toujours accompagnées de petites phrases, petits mots, ou même de textes parfois. Ils ont la même intention que les représentations sur les oeuvres. »

 

révolution Emmanuelle Prudhomme Peintre

« Le triangle est pour moi une forme symbolique et ancestrale parfaite pour faire passer des messages universels »

 
 

révolution Tanguy Chausson Photographe

« La nature est merveilleuse et généreuse. Que ce soit par saisons, par heures de la journée ou par climats, un endroit précis de la nature offrira toujours un tableau différent à contempler, et en cela, c’est la plus grande des artistes ».

 

révolution Linda de Messey Peintre

« Les digressions sont dans ma peinture, des moments « hors ligne », échapées, buissonières, carnets de route hors champ, frolant réminescenses, aspérités nouvelles, puis, s’éveillent à d’autres étendues, malicieuses, végétales, aquatiques, vivantes, légères, sans attaches… »

 

révolution Lydie Lasserre-Soria Peintre

Les tikis Marquisiens sont l’émanation de l’esprit humain « Enana ». Ils ne sont pas des dieux mais peuvent offrir à l’homme de repré- senter une émanation dans laquelle il puise sa force (un ancêtre, une idée, un élément naturel,…). L’émanation qui me porte est le chemin. Le chemin qui débute à bout et va jusqu’à sa fin. Le chemin symbolique la force de l’engagement et de la délité, à soi comme aux autres. Dans les populations, les tikis représentent un ensemble d’individus qui font la preuve de pouvoir être tous les mêmes et pourtant tous différents.

 

révolution Philippe Meyer Peintre

L’identité d’artiste de Phil s’est construite autour de l’instabilité émotionnelle et du protéiformisme créateur. En renouant avec l’incompréhension physique, il travaille autour de l’émotionnel, s’attachant à faire naître chez les regardants, ses contemporains, les autres, la compréhension, l’émerveillement, liés au corps, à son plaisir. A la sensualité.

 

révolution Emmanuel Tecles Peintre

Ma démarche consiste à immortaliser des lieux construits et abandonnés par l’Homme. Bien que plein de sou rance et de délabrement, ces lieux présentent une magni cience cachée et poétique que je tente de restituer le temps d’un dernier hommage. Le style «ARCHI» m’attire beaucoup dans mes prises de vue. Souvent, je shoote avec modèles pour réhumaniser les lieux et y ajouter une âme, une errance qui raconte une autre histoire.

 

révolution Laurence Chamagne Peintre

Les personnages que je peins sont en partie issus de la littérature. Ils n’illustrent ni ne représentent , mais viennent plutôt prolonger une atmosphère de lecture. Souvent immobiles, ces portraits témoignent d’une quête, de l’inaccompli de l’existence. en silence, ils évoquent les traces du temps. Je cherche a exprimer l indicible porosite, l’ inquietante etrangete feminine. Je guette l’instant ou la matiere de ma pein- ture evoquera le trouble de l’emotion.

 

révolution Alexis Szwed Peintre

En toiles, je cherche à représenter le côté émotionnel de l’humain, des rapports entre humains et de la société. D’où une tendance volontaire à l’exagération et la caricature : bouches et langues énormes, dents serrées et acérées, têtes énormes par rapport au corps, visages qui s’entremêlent, se mélangent et se superposent. En street-art, je souhaite interpeller le passant en représentant mes messages de toiles plus simplement, via des personnages uniques et séparés, pouvant se « décoder » en un coup d’oeil.